CEVA Centre d′Étude et de Valorisation des Algues Logo

projet RanTrans


Les concentrations élevées en nutriments d’origine anthropique (apport d’engrais et eaux usées) dans les masses d’eau côtières représentent un des enjeux environnemental majeur auquel est confrontée la région Manche. La diminution de la qualité des eaux, connue sous le terme d’eutrophisation a notamment pour conséquence la croissance excessive de végétaux marins. En effet, l’eutrophisation côtière entraîne la croissance de tapis d’algues vertes sur des vasières intertidales couvrant des milliers d’hectares.

Le projet RaNTrans est le premier programme ayant pour objectifs de développer et de tester des méthodes innovantes et rentables visant à réduire rapidement les dépôts d’algues et contribuer à la réduction des niveaux de nutriments dans les eaux littorales. En utilisant deux sites pilotes par pays (France et Royaume Uni), les partenaires développeront des techniques de ramassage des dépôts d’algues et de réduction des nutriments adaptées aux vasières intertidales, tels que :

– le ramassage mécanique des tapis d’algues;

–  l’utilisation de la ressource algale pour alimenter des vers polychètes et convertir la biomasse produite en aliments pour l’aquaculture;

– la mise en place et optimisation de la culture d’algues et d’huitres au niveau européen.

Le projet développera également de nouvelles voies de valorisation des algues d’échouage en identifiant des molécules chimiques présentant du potentiel en santé humaine. En développant un marché pour de ces extrants produits de manière durable, le projet mettra en évidence l’intérêt de la préservation de la biodiversité et des améliorations environnementales pour soutenir la création d’emplois régionaux, les huîtres, les aliments aquacoles et les algues représentant une industrie de plusieurs milliards de dollars.

Les objectifs du projet sont également de réduire les nutriments qui généreront non seulement des avantages sociétaux et économiques, mais 5 ans après le projet augmenteront de 20% le pourcentage des masses d’eau de transition et côtière (MET et MEC) en bon état écologique (BEE) sur la zone France Manche Angleterre (FMA).

La contribution du Fond Européen de Développement Régional (FEDER) pour ce projet est de 1 988 788 € pour un budget total de 2 882 288 €